Mandu et Dhar

 

Visiter Mandu

Jamaa MasjidMandu n'est pas précisément facile d'accès. Les routes, dans la région, sont étroites, tortueuses, et de revêtement rugueux. Surtout si l'on choisit le trajet qui permet, à partir d'Indore, de visiter Dhar pour se rendre ensuite à Mandu... Je prends le pari que cette situation mettra du temps à s'améliorer. Mais si l'on a la patience de se rendre en ces lieux isolés, on goûtera au plaisir nostalgique et romantique d'un grand plateau dominant les plaines environnantes, parsemé de ruines grandioses. Un peu un voyage hors du temps. Il est vrai que le cas n'est pas unique en Inde, et que les hordes touristiques se concentrent toujours dans les mêmes sites, mais qu'importe, c'est bien de se dire que là-bas encore, dans ce joli coin du sud du Madhya Pradesh, on prendra son temps pour visiter en détail des monuments qui ne sont certes pas les plus prestigieux, mais qui laisseront un excellent souvenir que les années n'effacent pas.

Pêcheurs au filet

Jamaa Masjid Arriver sur le site de Mandu, c'est tout d'abord grimper sur ce plateau de 2000 ha, à quelque 630 mètres d'altitude, et franchir les redoutables portes d'enceintes, au nombre de quatre, pas plus pas moins : l'Alamgir Darwaza, la Bhangi Darwaza, la Kaman Darwaza, et la Gadi Darwaza. Tout proche, les ruines du palais de Chisti Khan-ka-Mahal n'apportent pas grand chose. Mais on ne manquera pas la Delhi Darwaza (Porte de Delhi) de plus de huit mètres de hauteur. En arrivant dans le centre du village, on remarquera les monuments principaux dont la visite s'impose.

 La Jama Masjid est, comme son nom l'indique, la Grande Mosquée. Elle fut fondée par Hushang Shah et achevée en 1454 par Mahmud Shah. Son style est dit afghan.

Mausolée d'Hoshang Shah  Le Mausolée d'Hoshang Shah, juste à côté de la Grande Mosquée est un beau bâtiment de marbre aux proportions massives mais harmonieuses. Un grand dôme central est entouré de quatre petits dômes aux angles. Il date de la même époque que la mosquée, ce qui signifie que c'est certainement l'une des plus anciennes constructions de marbre en Inde. L'intérieur est éclairé les écrans de pierre ajourés (jali) si caractéristiques de l'art musulman indien.

Un peu plus loin se trouvent les restes des palais. Cette zone, nommée la "Royal Enclave", est caractérisée par trois monuments.

Vue gérale du Jahaz Mahal  Le Jahaz Mahal est sans aucun doute le monument le plus attachant et le plus gracieux de Mandu. Long de plus de cent mètres, il étend au bord d'un petit lac sa silhouette particulière qui lui a donné ce nom de "Palais du bateau". De grands escaliers assez raides donnent accès à la terrasse supérieure qui s'orne d'un ancienne piscine pour ces dames de la cour royale. De là, on jouit d'une agréable vue sur le lac, les autres bâtiments et les jardins.

 Tout proche, le palais du Hindola Mahal impressionne par ses murailles aux épais contreforts. Il date du 15 siècle et abrite une grande Salle des Audiences.

Salle des Audiences  Le Champa Baoli est un puits à section carrée, où l'on peut descendre par un escalier. En souterrain, donc à l'abri de la chaleur, intense en ces lieux à certaines périodes de l'année, avaient été creusées des salles que la proximité de l'eau du puits rafraichissaient encore mieux. On se souviendra que pour une forteresse telle que Mandu, la maintenance des puits était une nécessité vitale.

 D'autres ruines de moindre importance parsèment le site, comme le Shahi Mahal ou le Nahar Jaroksha, que l'on visitera ou non en fonction du temps disponible, mais on passera un court moment pour visiter le Musée local, juste en face du Jahaz Mahal. On y verra des statues et motifs architecturaux antérieurs à la période musulmane de Mandu, c'est à dire de l'époque Paramara (12 ème siècle).

Hindola Mahal Il faudra reprendre un moyen de transport pour se rendre à quelque trois kms plus au sud, sur le rebord du plateau, pour visiter le Pavillon de Rupmati. L'un des souverains de la dynastie locale, Baz Bahadur, tomba follement amoureux d'une chanteuse, hindoue de surcroît. Il réussit à la convaincre de le rejoindre à Mandu et fit bâtir pour elle cette résidence romantique qui a surtout pour elle le cadre dans lequel elle fut construite. L'histoire eut une fin malheureuse. L'empereur Akbar, depuis Delhi, organisa une campagne militaire contre les souverains dissidents de Mandu, mit Baz Bahadur en déroute. Rupmati, abandonnée à son triste sort, préféra mettre fin à ses jours en s'empoisonnant, plutôt que de tomber entre les mains de l'armée ennemie.

Bord occidental du plateau La dernière visite importante à Mandu, se trouve sur le bord occidental du plateau, en un lieu dit Nilkantha, ce qui signifie "A la gorge bleue", en référence à une forme du dieu Shiva. Nilkhanta était une résidence d'été de l'empereur Akbar, après qu'il eut conquis Mandu. Il en reste un intéressant temple de Shiva, à flanc de falaise, et une vue magnifique sur les environs.

Un peu d'histoire : Initialement, le site naturel de Mandu fut occupé à partir du 6ème siècle, sous le nom de Mandapa-Durga. Mais ce furent surtout les Paramâra d'Ujjain puis Dhar qui, aux 11 et 12 èmes siècles, sous l'impulsion des rois Muñja et Bhoja, développèrent le site. Cependant, il n'en reste que peu de choses. Mandu échappa aux raids musulmans jusqu'en 1293, sans doute grâce à son isolement. Mais, par la suite les incursions sanglantes devinrent plus fréquentes et les Rois Paramâra cédèrent la place à des gouverneurs mandatés par le Sultan de Delhi, après 1305 et la campagne de Ainu'l-Mu'lk.

S'ensuivit une longue période de governorat. Le déclin du Sultan de Delhi, Mohammed-bin-Tughluq, amena le gouverneur du Malwa (la région où se trouve Mandu), Dilawar Khan Ghuri, à prendre ses distances et déclarer son indépendance en 1401. C'est de ce moment que débuta le vrai développement de Mandu avec des rois comme Hoshang Shah, qui régna 27 ans. Vint ensuite Mahmud Shah (d'une autre dynastie, les Khalji) qui, régnant 37 ans, fut le plus important des souverains auquel son fils Ghiyathu'd-Din succéda pour une durée encore plus longue, puis Nasuru'd-Din en 1500, puis Mahmoud II, 31 ans. Au 16 ème siècle, les luttes entre les rois du Malwa et Delhi (Humayun, puis Sher Shah, puis Akbar...) recommencent. Le roi local, Baz Bahadur, davantage porté vers les arts, la musique, et son penchant pour la belle Rupmati (voir plus haut) s'enfuit et abandonne piteusement son amie .

Bouddha dans le Fort de DharLes ressources hôtelières de Mandu sont très limitées. On s'installera au Tourist Cottage qui propose des bungalows petits mais corrects. Endroit agréable au bord d'un petit lac couvert de nénuphars.

Visiter Dhar

Dhar ne se trouve qu'à 35 km au nord de Mandu. On visitera Dhar soit en allant sur Indore soit en en venant. Deux monuments sont à signaler :

Kamal Maula Masjid  La Kamal Maula Masjid, mosquée du 14 ème siècle, qui réutilise largement des éléments d'architecture hindoue antérieurs d'époque Paramâra. L'ensemble a malgré tout une certaine allure. Belles inscriptions murales et tombes vénérables.

 

Murailles du fort de Dhar  Le Fort aux murailles bien restaurées, datant aussi du 14 ème siècle. Dans la grande cour intérieure, et un petit musée, des statues d'époque Paramâra sont exposées.

 

 

Autre région du Madhya Pradesh
Cliquez ici
Page d'accueil
(home page)
Haut de page