Modhera et Patan

 

Visiter Modhera Visiter Patan Se loger

Autres photos en bas de page / More pictures down

Modhera

Temple de Surya à Modhera Bassin de Rama Kund, Modhera Situé près d'un petit village dans une steppe aride, Modhera est loin de tout, mais y aller n'est pas un problème. Le mieux est encore de s'y rendre depuis Ahmedabad (une centaine de km), ou de considérer Modhera comme une étape entre Mont Abu (190 km) et Ahmedabad.

Le temple de Modhera, dédié à Sûrya, le dieu solaire, fut bâti au 11ème siècle (consacré en 1026-1027) par le roi Bhima Deva, de la dynastie des Solanki de Patan (8ème au 11ème siècles), pour commémorer sa victoire sur l'illustre et sinistre Mahmoud de Ghazni.

Cette consécration du temple de Modhera à Sûrya est assez rare. On la retrouve au colossal temple de Konarak en Orissa, qui cependant date de deux siècles plus tard.

Au fil du temps, Modhera a été ravagé par plusieurs séismes qui, en particulier, détruisirent la shikara (tour) du sanctuaire. En effet, la région se situe sur une zone de fractures de l'écorce terrestre. Cet ensemble architectural conserve cependant une présence, une majesté que l'on n'oublie pas.

En arrivant sur le site, on remarque tout d'abord un grand bassin de pierres à escaliers, le Ramakund (bassin de Rama), qui servait aux ablutions rituelles des pèlerins et constituait une réserve d'eau. Il est encadré aux angles et sur les côtés, par des petits sanctuaires dédiés à Vishnu.

Frise érotique, temple de Surya, Modhera Près du bassin, le temple était précédé d'un portique (torana) dont il ne reste qu'une partie des montants. Un vaste hall, le nritta mandapa (hall de la danse), parfois dénommé sabha mandapa, vient ensuite. Ses murs intérieurs et extérieurs, ainsi qu'exubérants piliers sont ornés d'une abondante iconographie de pierre érodée par le temps, tout comme ceux du temple principal. On y reconnaît les dieux et déesses habituels, des nymphes célestes, quelques petites scènes érotiques en frises, etc. La statue de Sûrya ne réside plus dans son sanctuaire, mais on en voit des représentations sur les murs. Le dieu y est figuré, comme le plus souvent, debout sur son char tiré par sept chevaux.

Voir quelques photos de Modhera.

Patan

Temple Jain de Parshvanath à Patan Ancienne capitale de la dynastie des Solanki qui édifièrent le temple de Modhera, Patan ne garde de cette époque que de rares vestiges, hormis le puits de la Reine, datant d'environ 1075, l'un de ces baoli (puits à escaliers) typiques du Gujarat et du Rajasthan. L'état de conservation de cet ouvrage de 65 m de profondeur s'explique par le fait qu'il est resté comblé de terre pendant des siècles avant d'être déblayé il y a une trentaine d'années.

De nos jours, Patan est surtout connu pour ses fabriques de tissus de luxe de type patola (procédé de teinture en réserve par ligature des fils employés).

Divinités sur les murs du temple Jain de Parshvanath à PatanArriver dans la ville de Patan (37 km de Modhera), c'est se préparer à une partie de cache-cache : les habitants, pourtant fort nombreux dans cette cité encombrée, ne semblent pas savoir qu'il y a des monuments anciens en ville. Donc patience.

Hormis le Puits de la Reine, tâchez de dénicher le temple dédié à Parshvanâtha, le 23 ème Tîrthankara, l'avant dernier de ces prophètes que vénère la religion Jain.

Le 23 ème Tîrthankara Parshvanâtha qui, pour ses fidèles de confession Jain, aurait été natif de Bénarès, est représenté la tête surmontée d'un dais de cobra. En effet, les Maîtres Jains sont très souvent accompagnés, comme les Dieux de l'hindouisme, d'un animal-symbole, le cobra à sept têtes, dans le cas présent.

Dans une profonde niche près de l'entrée, se tient dans la semi-pénombre, une rare représentation de Ganesh. On sait que si ce dieu occupe une place prépondérante dans l'hindouisme, les Jains le considèrent comme un Yaksha, c'est à dire un génie. Il est associé au Tîrthankara Parshvanâtha; c'est pourquoi il est figuré avec le même chaperon de têtes de cobras. On le nomme par conséquent Parshva Yaksha dans la tradition Shvetâmbara (branche majoritaire des Jains, dont les prêtres sont vêtus de blanc).

A mi-hauteur des murs extérieurs du temple, on repère également les scultptures gracieuses de nombreuses divinités, debout sur des consoles de pierre.

Voir quelques photos de Patan.

Se loger

Si l'on ne continue pas sa route jusqu'à Ahmedabad, on se satisfera d'une étape à Mahesana (25 km de Modhera), au modeste mais suffisant Vijay Guest House.

 

Haut de page Autre région du Gujarat
Cliquez ici
Page d'accueil
(home page)